Mardi 7 juillet 2 07 /07 /Juil 08:25

Depuis adolescente,j'ai ce besoin ancré en moi de me soumettre,d'être dirigée,d'obeir et de servir....
Je m'étais longuement posé la question à savoir d'où me venait ce besoin et pourquoi? Si je sais d'où il vient,en revanche je ne sais toujours pas pourquoi.
J'ai vécu la plus belle histoire d'amour avec une fille.Cela a commencé alors que nous n'étions que de très jeunes adolescentes à la découverte de leur corps et des premiers plaisirs,puis notre amour a perduré dans le temps,jusqu'à ce que mon mari découvre ma bisexualité et fiche celle que j'aiamais à la porte de chez moi....Elle ne s'est pas remise de cette rupture,depuis je pleure son absence,et lui porte des roses blanches sur sa tombe.Elle était avec moi tres autoritaire,et aussi surprennant que cela pouvait me paraitre,j'adorais cela.J'étais rebelle à toutes disciplines,à tous les réglements,mais quand ma belle ordonnait,alors là je n'étais plus rien...Je perdais toute personnalité,j'obéissais aveuglément à tout ce qu'elle exigeait de moi. Pour information,nous nous sommes connue chez les bonnes soeurs,nous y avions été placées par les services sociaux. Là je dois reconnaitre que trangresser les reglements en vigueur était alors des plus excitant,et ni l'une ni l'autre ne se privait pour l'enfeindre en proposant toujours une nouvelle idée de jeu....Souvenirs souvenirs.....
La toute première fois que nous nous sommes vues nous avons immédiatement compris qu'entre nous rien ne serait pareil qu'avec les autres filles. Elle est arrivée quelques années apres moi dans ce foyer. Comme à l'accoutumé je m'étais faites remarquée par mon comportement insolent et je n'avais pas obtenu le droit d'assister à son arrivée.j'étais debout dans le couloir à attendre que les présentations soient terminées,appuyée contre le mur qui lui était vitré sur la moitié de sa hauteur.Si je ne pouvais entendre ce que disait la mere supérieur,j'avais au moins le loisir de regarder ce qui se passait. Mon dieu qu'elle était jolie...Grande fine,cheveux longs,ondulés, pas roux,mais presque,des yeux d'un bleu à se noyer dedans,un sourire à damner n'importe quel saint....Elle paraissait si fragile dans sa robe grise triste à mourir,secouée de droite à gauche par la main ferme de la mère supérieure qui ne semblait même pas se rendre compte que la douce était sur le point d vomir.Des larmes lui tombaient des yeux,et déjà j'avais envie d'étrangler sa tortionnaire....Je pouvais imaginer aisément ce que la directrice lui disait,ça se passait toujours de la même façon les présentations d'une nouvelle arrivante...
Arretes un peu de pleurer ma fille...Ici les larmes n'émeuvent personne...Tu verras,nous feront de toi une parfaite future épouse de Dieu,nous extirperons le diable de ton corps....Et patati et patata....
Il est consternant de constater que les épouses de Dieu n'appliquent pas ce qu'elles prônent: l'amour de son prochain,la tolerance,le pardon,à l'époque ces mots ne faisaient pas parti de leur vocabulaire,et la vache,elles ne se genaient pas pour appliquer avec grand soin et extreme severité les corrections au fouet ou à la badine....J'en ai encore le cul cuisant rien qu'à m'en souvenir......
Bref! Le temps passait,nous nous apprivoisions doucement,mais ma douce fut un moment la tête de turc du groupe de filles que nous représentions...Cela me brisait le coeur mais je devais lui laisser une chance de s'imposer par elle même,mais jamais elle n'y parvint,je pris donc les choses en main....Je fis l'annonce générale que la première des filles qui oserait dorénavant toucher à ma naiade devrait en répondre devant moi. Je n'eu aucun mal à convaincre ces petites pétasses,ma carrure s'imposait d'elle même,et mes origines de gitanes firent le reste.....Nous devimmes alors tres vite inséparables...Jamais l'une sans l'autre.....
La première fois ou nous nous découvrîmes c'était le jour ou ma miss avait décidé sans me le dire de faire l'école buissonnière....Elle a été vue par la mère supérieure trainant au centre ville,prise sans ménagement et mise de force dans la voiture pour être ramenée manu militari en direction du foyer où elle devrait subir une terrible correction...Sa toute première....
Nous avions pour habitude de nous retrouver à la sortie des cours sous un gros chêne bien à l'abri des regards indiscrets.Quand je constatais qu'elle n'y était pas ce jour là,mon instinct me dit de suite que quelque chose de grave était arrivé,et sans plus attendre je suis rentrée en courant sur les quelques 3 kilometres qui me séparaient du foyer sans prendre le temps de respirer....Arrivée au foyer,je hurlais son prénom,mais pas de réponse. Les filles m'expliquèrent en quelques mots ce qui s'était passé et me dirent que ma belle était tenue en quarantaine dans sa chambre.....Je montais quatre à quatre les escaliers et arrivée devant la porte de sa chambre je pu constater qu'elle était effectivement fermée à double tours.....
Les garces,elles avaient osé!A coeur vaillant rien d'impossible n'est-ce pas? Un violent coup de pieds fermement administré sur le chambrant de porte à hauteur de serrure fit voler la porte....Non mais des fois!!! Ce que j'ai vu à ce moment là m'a terriblement fait mal: Mon amour était là prostrée en position foetale,elle ne disait plus un mot,semblait même pas voir que j'étais là...La pauvre,elle avait été battue comme platre,et avait tellement eu peur qu'elle n'avait pas demandé à se rendre aux toilettes et ma douce s'était uriné dessus. Je l'ai tendrement relevée,prise dans mes bras et lui ai chuchoté de venir avec moi...Je pris ses affaires de toilette,quelques vetements propres,pris ses draps souillés et je la conduisit aux douches qui se trouvaient être au sous sol...Elle marchait tel un zombie,sans réactions particulières....Je la deshabillais doucement,fis couler l'eau de la douche et la poussais doucement mais néanmoins fermement sous le jet espèrant que l'eau chaude lui fasse du bien.Je saisis la savonnette et commençais (sans gant de toilette) à promener mes mains sur son sublime corps de déesse...son cou fin,gracieux,ses épaules,sa poitrines...ses seins dont les têtons se redressaient fièrement n'étaient pas insensibles à mes caresses savonneuses,et la rondeurs de ces dux petits globes mammaires me mettaient en émoi....Je sentais monter de mon bas ventre une douce chaleur tres agreable,meme si je ne savais pas encore ce qu'elle signifiait....Nos souffles devenaient plus courts et saccadés. Irrisistiblement mes mains étaient attirées vers son bas ventre....Elles y descendirent sans même que je me rende compte de ce qui se passait...Mes doigts frolerent son duvet fin et soyeux...Une onde electrique me parcourut le corps....Mon index écarta les lêvres fines de sa petite chatte et instinctivement je massais tendrement ce petit bouton qui devint dur au contact de mon doigt...Nous ignorions encore que ce bouton avait un nom bien précis,mais ce que nous savions en revanche c'est que le toucher nous procurait beaucoup d'émotions....Une vague odeur enivrante me chatouillait le nez....J'approchais alors ma tête de son entre jambe tout en m'agenouillant et ma belle pour me faciliter l'acces à sa divine petite chatte releva sa jambe qu'elle posa delicatement sur mon épaule. Je frissonnais de bonheur,j'avais chaud,mes oreilles bourdonnaient,ma vue se troublait et je salivais plus que de coutume.Timidement pour ne pas lui faire peur j'approchais alors le bout de ma langue de son bouton tout gonflé....Je l'effleurais,et attendis quelques secondes sa réaction...Rien si ce n'est que des râles et des soupirs...je continuais donc mon exploration linguale....Pendant ce temps mes mains trouverent très vite de quoi s'occuper entre mes jambes.Elles trouvèrent sans chercher longtemp comment me faire frissonner d'avantage. Je lêchais avidement maintenant ce que ma belle m'offrait généreusement tout en me caressant l'entre cuisse.Soudain,ma naiade fut parcourut de tremblements,de frisssons,de spasmes,elle cria,mais n'avait pas l'air d'avoir mal quelque part...Je m'apprêtais à stopper là mes investigations clitoridiennes quand le même phénomène se produisit sur moi...ensembles nous avions notre tout premier orgasme....Son petit abricot délicieux lâcha un jet d'un divin nectar que je m'empressais de boire avec gourmandise veillant bien à ne rien perdre de cette fabuleuse substance,et plus je buvais,plus cette divine source se montrait intarrissable...Elle n'en finissait plus de couler encore et encore,comme si mon amour avait compris que je me delectais de son jus....Un bruit inhabituel nous fit redescendre sur terre.....Il ne fallait pas que nos soyons vues ainsi aussi nous nous séparâmes à grands regrets...J'attrapais le carré d'éponge trop rêche à mon gout pour la douceur de mon egerie,et je la sechais encore toute emoustillée par tant d'emotion.Mon entre jambe me chatouillait fort,suintait un liquide odorant et excitant....Je n'osa pas demander à ma chérie de me rendre la politesse,seul son plaisir m'avait amplement satisfaite,et j'en étais comblée.
je l'aidai à se rhabiller,puis nous remontâmes dans sa chambre refaire le lit avec les draps que j'avais préalablement dérobé en passant devant la lingerie.Nos regards ne cessaient pas de se croiser,ils en disaient long,mais ils étaient surtout la promesses d'autres futurs plaisirs à venir,ce que nous ne svions pas encore c'est le moment et le lieu de nos futurs ébats amoureux...Nous ne pouvions qu'espèrer tres fort que cela arriverait vite....très très vite,et ce fut le cas,mais se sera l'objet d'un second article......

Par soumise88 - Publié dans : journal intime
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Octobre 2017
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés