Vendredi 23 juillet 5 23 /07 /Juil 08:52

lesbienne6Hier après midi, après ma séance avec Monsieur, tandis que je lui confiais mon ressentis à chaud, j’appris entre autres diverses petites choses que Monsieur comptait me faire jouir avec sa langue…Aie, lui répondis-je, cela va être un problème de taille Monsieur, car jamais oh grand jamais aucun homme n’avait relevé ce défis avec succès. Monsieur est convaincu de sa réussite, et bien soit, nous nous sommes lancé un pari:

Si après 45 minutes maximum( ca peut être avant, mais ne saurait être après ce laps de temps) Monsieur me fait jouir, je me plierai absolument à tous ces fantasmes aussi inavouables soient-ils durant le temps de son séjour dans sa famille…Par contre, l’inverse me permettra de satisfaire pleinement et autant de fois que je le voudrai durant une petite heure, mes cinq sens privés depuis plus de 15 ans de la moindre sensation…

Caresser Maitre, le toucher, le sentir le gouter, l’entendre…et le regarder prendre du plaisir à être entre mes mains, quel plaisir cela va être pour la chienne de Maitre…Au final je me demande comment je me sentirai lors de son départ…Physiquement parlant j’en ai bien une vague idée, je vais être lessivée, courbaturée, tous mes orifices comblés mais en effervescences, voire en feu…Mais psychologiquement parlant? Serais-je soumise accomplie pour Maitre ou me sentirais-je avoir été traitée comme une reine tant Maitre va me combler de plaisirs de toutes sortes? Pour sur, je serai de toute façon heureuse et fière d’avoir appartenue à Maitre, d’avoir été sa chienne personnelle durant ce laps de temps, et j’espère me montrer digne de la confiance que Maitre m’accorde, j’espère mériter ses râles de plaisir et ses gémissements….Que je jouisse n’a aucune espèce d’importance pour moi, il n’est même pas besoin de me posséder pour que ma jouissance soit presque plus intense qu’en étant prise où que ce soit…Maitre n’a besoin de rien faire d’autre que de me faire savoir combien il apprécie mes caresses, combien il aime ma bouche pour qu’en bonne chienne je sois capable de jouir…Cela me fait penser d’ailleurs à une petite anecdote similaire….

 

Ma tendresse et moi étions déjà installées dans nos foyer conjugaux respectifs( oui elle aussi avait un homme, mais moins con que le mien…)depuis déjà quelques années mais cela ne nous empêchaient pas de nous retrouver à la moindre opportunité qui s’offrait à nous. L’ex mari de ma déesse avait immédiatement accepté notre couple si fusionnel sans émettre la moindre condition ni réserves…Jamais il ne s’est même permis d’interférer entre nous. Du moment que ma douce lui disait ouvertement les chose il n’y avait pour lui aucun soucis particulier…Encore qu’il ignorait que parfois mon insatiable petit ange avait grand besoin d’un voire deux hommes en même temps…

 « Je n’y peux rien mon délice, je suis comme ça, et impossible de me retenir… » s’excusait-elle souvent auprès de moi. En ce qui me concernais, j’avais depuis tout ce temps appris à maitriser ma jalousie maladive à son égard et ne donnait pas plus d’importance que cela à ses petites aventures sexuelles sans réels lendemain…Dès le lever du jour elle avait déjà fuit le lieu des délits les laissant là se retrouver seuls au réveil…j’imagine que beaucoup d’entres-eux n’ont toujours pas compris aujourd’hui mais bon, ils s’y sont fait c’est l’essentiel…Et puis ce qui m’importais réellement c’est que c’était toujours vers moi que ma tendre déesse revenait…Que vouloir de plus? C’est vrai, je l’ai ramassée dans des états lamentables, mais qui aurais-je été si je l’avais repoussée parce qu’elle était quelques fois trop ivre ou trop secouée de sanglots…Cette chienne de vie l’avait tellement brutalisée que seul quelqu’un de sans cœur aurait pu rester insensible à ses détresses si profondes…..

Donc assises à la terrasse d’un café, ma belle me racontait ses dernières frasques et louait carrément l’homme avec lequel elle venait de passer la nuit pour ce magistral cuni que celui-ci lui avait prodigué…Selon elle, elle n’avait jusque là jamais jouie de cette façon avec la langue d’un homme car comme moi pour ces petites délicatesses elle préférait de loin la gente féminine un tant soit peu plus douce et tendre… Je l’écoutais très attentivement avide de détails croustillants et me surpris à l’envier car contrairement à elle, jamais un homme aussi doué fut-il n’était parvenu à me faire jouir de la sorte…Non, mon corps ne s’abandonnait complètement qu’avec mon amour de toujours…Je n’y pouvait rien ,j’avais beau me laisser aller, penser à des choses porno, rien, je restais de marbre et trouvais invariablement le temps long…Par contre j’avoue aisément sans honte que dès lors que ce monsieur s’occupait de l’abricot doré de mon bébé d’amour, là je ressentais une excitation sans pareille, que je me masturbais doucement, ou au contraire rapidement suivant le rythme des gémissement de ma déesse et explosais de plaisir dès qu’elle se lâchait complètement…la voir rejeter sa tête en arrière, les yeux fermés la bouche entre ouverte était un spectacle dont je ne me lassais jamais. Dieu que ma reine était belle lorsqu’elle jouissais de manière si impudique et son plaisir multipliait le mien….Ma princesse du très certainement lire dans mon regard quelque chose car elle me dit:

« Mais j’y pense mon cœur, toi tu ne sais pas ce qu’est de jouir dans la bouche d’un mec…Si tu as réussis finalement? Non qu’est-ce que je suis conne, ce n’est pas avec ton lapin russe que tu y es arrivé, et comme je connais ta fidélité, aucune chance pour qu’avec quelqu’un d’autre que moi ai pu tenter sa chance hein??? »

Elle avait absolument raison sur tous les points…Et j’en ressentais comme une honte d’avoir cette tare en moi…Impossibilité de jouir avec la langue d’un homme…Voilà qui fait brouillon sur le curriculum vitae d’une soumise n’est-ce pas? Je me suis toujours considérée comme anormale de ce côté-là…Perdue dans mes sombres pensées tout ce que je compris du reste du dialogue fut:

« ….si vas-y mon cœur, choisis celui que tu veux, je me charge du reste… »

« Hein…Choisis quoi ? Qui? Qu’est-ce que tu racontes mon bonheur? »

« Je te dis de choisir n’importe quel homme qui passe et qui te plait ensuite je me charge du reste pour toi, alors bouge un peu on a pas toute la nuit… »

Je ne voyais toujours pas ou elle souhaitais en venir alors distraitement j’ai du dire « tiens lui… » Il était grand, brun, c’est tout ce dont je me souviens de lui, le reste ne m’a pas particulièrement touchée pour me laisser un impérissable souvenir…

Mon amour a dit ok, elle s’est levée pour marcher en direction de cet homme en chaloupant comme une pute qui voulait son client coûte que coûte, puis elle s’assis sur la chaise en face de lui…un dialogue que je n’ai pas entendu s’est instauré, elle draguait devant moi sans complexes, elle riait à ses plaisanteries qu’elle pensait débiles de toutes façons, lui posait sa délicate main sur le bras, et avant d’avoir pu dire ouf je la vis revenir vers moi pour me dire

« Ok bébé, il est d’accord, on monte toutes les deux avec je paie l’hôtel et on se fait ça.. »

« Chérie, on se fait quoi s’il te plait? J’ai manqué quelque chose je crois…Tu m’explique un peu s’il te plait? »

En soupirant bruyamment (signe d’impatience) elle me réexpliqua son objectif…Il s’agissait de laisser à ce jeune homme la chance de me faire grimper aux rideaux avec sa langue uniquement…S’il y arrivait, elle lui donnait 500 francs et il repartait comme il était venu avec en plus de l’argent la fierté égoïste d’avoir réussi à faire jouir une gouine…J’étais comme presque vexée, mais piquée au vif tout de même, curieuse après tout de savoir si moi aussi je pouvais…Cependant j’hésitais par principe seulement à dire oui trop rapidement pour ne pas devoir le payer chairement (la faute est exprès) dans un futur probablement immédiat après le départ de ce mec…Et devant ma feinte hésitation elle fit celle de se mettre en colère…Nous étions dans le jeu, nous y avions glissé tout naturellement…

« Bon ok, je veux bien mais lui a quelque chose s’il gagne, mais moi, s’il perds qu’est-ce que j’ai en échange hein? » lui dis-je calmement…

« je ne sais pas moi…Qu’est-ce que tu aimerai avoir dis moi? »

« Toi seulement toi durant une semaine entière, obligée de te laisser faire pour tout ce que je voudrai faire avec toi…J’ai dis tout bébé, absolument tout…Tu prends ou tu laisse? » Dis comme ça j’étais parfaitement consciente que cela ressemblait à un défi pour elle et elle ne supportait pas devoir reculer devant un aussi infime fut-il…Perdre n’était pas une option envisageable pour ma déesse…Là je ne prenais pas de gros risque, si elle perdait, que je ne jouissais pas, c’est sur l’autre qu’elle passerait sa colère, cet autre incapable vantard…

« Marché conclut mon délice, mais tu lui laisse tout de même au moins 45 minutes, et tu ne te retiens pas du tout, tu imagineras même que c’est moi entre tes cuisses, comme ça d’accord je prends sinon quedal chérie »

Elle était dure en affaire n’est-ce pas? J’allais devoir supporter 45 minutes une langue sur ma chatte…Quelle aberration pensais-je en me levant pour partir avec elle rejoindre le mec qui s’impatientait un peu….Nous choisirent un petit bar hôtel tout près de là, elle paya la chambre et sous les yeux médusés de la gérante nous sommes monté tous les 3...Elle riait, lui était aux anges, et moi je flippais grave….

La chambre sans être très luxueuse était coquette et bien tenue…Simple mais propre et comble du bonheur disposait même de sa propre salle de bain….Au moins nous pourrons toujours nous amuser sous la douche après le départ de l’autre me disais-je en souriant béatement….En bien moins de temps qu’il ne le faut pour le dire lui était déjà à poil , étendu sur le lit le membre raide d’excitation…Bof pas de quoi être aussi excité non plus me fit remarquer ma douce…Puis histoire de mettre tout le monde bien à l’aise elle cru bon d’ajouter:

« eh ben mon garçon….Tu vois mon ange, pas de quoi t’affoler, il a pas grand-chose à offrir, j’espère que sa langue travaillera pour compenser ce qui lui manque…Et elle lui fit son plus beau sourire pendant que rouge de honte je cherchais désespérément un moyen de me sortir de ce guêpier…Ma déesse s’approcha de moi, m’embrassa fougueusement sur la bouche, inséra sa langue dans celle-ci à la recherche de la mienne qui de toute façon m’avait trahie en répondant avec la même fougue à l’appel de ses sens….Mutuellement nous nous sommes déshabillée, j’étais tellement bien contre elle à la sentir que j’en avais oublié ce dont pourquoi nous étions là elle et moi…Sa main caressait gentiment ma chatte, ses doigts s’inséraient avec tendresse dans la fente, elle caressa très lentement mon clito, et quand elle me sentis presque sur le point de jouir elle cessa toute activité et m’entraina vers le lit sur lequel elle me força sans brutalité à m’allonger, me couvrant de caresses et de baisers partout elle arriva jusqu’à mon entre cuisse qu’elle força avec douceur. Sous la chaleur de ses baisers et caresses je me suis ouverte sans résistance et commençais même à me laisser aller au plaisir qui montait doucement mais surement…Dieu que c’était bon de l’avoir entre mes cuisses en feu…Comme c’était divin quand sa langue chaude et douce me happait le clito ou passait simplement dessus…Elle léchais ma mouille avec adresse en émettant de petits gémissement sourds qui avaient cette particularité d’être très excitant…Je commençais à me tortiller dans tous les sens, lui demandant de ne pas me faire jouir de suite, la suppliant de faire durer ce plaisir…Subitement un léger coup de frais se fit ressentir sur ma chatte…le mouvement et le rythme avaient changé…Tout mon corps s’est figé net… J’étais devenue raide comme du bois…crispée à m’en faire des crampes…Je ne comprenais pas ou plus ce qui m’arrivais…la chaleur de mon bas ventre se dissipait à grande vitesse, mon entre jambe s’assécha comme une flaque d’eau au soleil, en quelques secondes ce fut le désert saharien…Je ne ressentais plus aucun plaisir, plus aucune envie de jouir…Je tentais d’ouvrir les yeux mais ma déesse m’en empêcha et se mit à me chuchoter des petits mots rassurants et excitant à la fois…En général il ne me fallait que le mot garce et je démarrais au quart de tour, là rien…Plus j’essayais de rester sur ce qu’elle me disait plus le contact de cette langue entre mes jambes était désagréable…Je voulais pourtant tellement y arriver moi aussi, alors pourquoi ce blocage? C’est après s’être acharné durant près d’une heure que ce pauvre garçon déclara forfait…Selon lui inutile d’aller lus loin, ce n’était pas un homme ou une femme qu’il me fallait mais un chien ou un cheval…Sympa le mec vexé hein? Devant l’insulte ma belle ne perdit pas son sang froid, au contraire elle minauda auprès de lui, puis elle lui dit

« Ce n’est pourtant pas bien difficile tu sais, regarde je vais te montrer comment faire, la prochaine fois avec une femme tu seras moins con… » Et elle remit sa tête entre mes jambes pour me dévorer la chatte goulument, avec une telle impatience qu’en moins de trente seconde je hurlais ma jouissance et lâchais de grand jets de cyprine odorante….Mon bébé s’appliqua à ne rien laisser perdre de ma jute, se releva et embrassa à pleine bouche ce crétin qui était figé…Je vis couler de la bouche de ma reine un flot de ma jute qui alla droit dans celle du mec…Il eu un recul mais il ne savait pas encore à qui il avait à faire…Elle se plaqua contre lui, la main sur la nuque pour empêcher toute tentative de rébellion et qu’il le veuille ou pas, il avalait ma jouissance mêlée à la salive de ma princesse…Quand elle pensa que cela était suffisant elle le repoussa assez fort et avec un certain dédain elle prit dans son sac son porte monnaie , lui tendit 5 billet de 100 francs…Tiens crétin, prends ca ramasse, tes affaires et ta petite queue et repars chez maman, tu as ton goûter à prendre… »

Comme vous qui me lisez je reconnais qu’elle y était allé fort ce coup ci, elle était imprudente, ce mec aurait très bien pu se montrer violent avec nous…Sur le moment le côté danger ne nous avait pas effleuré une demie seconde…Il a fait exactement ce que ma divine attendait de lui: se casser et nous laisser seules…Enfin!!!!

Elle avait perdu son challenge et j’en était très peinée pour elle ,aussi dans le soucis de ne pas en rajouter j’eu la « victoire » modeste , et lui dis aussi amoureusement qu’elle m’avait embrassée que j’attendrai qu’elle se sente prête pour faire absolument tout ce que je voulais d’elle, pour tout obtenir d’elle y compris la chute de son obsession à tout vouloir contrôler dans sa jouissance….Elle pleurait sans bruit, je savais que j’avais une fois de plus atteint quelque chose de difficile pour elle…Je l’ai entourée de mes bras et l’ai allongée sur le lit en lui disant

« Maitresse, honorez moi de votre nectar je vous prie, votre garce a grand soif de votre jouissance »

Elle me sourit à travers ses larmes, écarta ses longues jambes et me laissa lui faire l’amour avec tendresse et amour…. Mais ça c’est encore une autre histoire….

Par soumise88 - Publié dans : journal intime - Communauté : salope soumise
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Octobre 2017
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés